© Olivier Garde (2019)

La physiothérapie apporte les connaissances dont vous avez besoin pour une pratique instrumentale efficace et saine.

  Après des études de musique dans les grands conservatoires, on s'aperçoit, selon l'enseignement que l'on y a reçu, qu'il peut manquer des bases concrètes, fondées sur un savoir scientifique, concernant le contrôle du corps. En effet, en ne travaillant que sur le ressenti, le jeune instrumentiste risque d'être trompé par une perception incertaine de son corps et de ses émotions.

  C'est ce qui m'est arrivé lors de mes études supérieures de clavecin. Les quelques cours de technique Alexander reçus n'apportaient rien, au contraire ils renforçaient cette vague de stimuli submergeant ma perception. J'ai alors pris la résolution de mieux comprendre mon corps pour pouvoir obtenir le son que je désirais. Dans un premier temps, je me suis mis au wing chun (art martial chinois), et c'est tout naturellement, après être devenu instructeur,  que je me suis tourné en 2008 vers la physiothérapie. Cette dernière discipline fut la clé de ma technique actuelle, et je puis affirmer qu'aucun cours ne m'a jamais permis d'obtenir un tel confort au clavecin que le savoir acquis à l'université de physiothérapie de Bréda.  

Après 10 ans de pratique de la physiothérapie en milieu hospitalier ou en libéral, ayant géré plusieurs cabinets de kinésithérapie en Hollande et en France, j'ai eu l'occasion de travailler avec tout type de profils (musiciens, sportifs, enfants et personnes âgées...), et de donner des conseils à de nombreux professionnels de la musique.  Aujourd'hui, je souhaite apporter ma pierre au monde de la musique, en diffusant le plus possible les connaissances qui ont prouvé leur efficacité dans le monde du sport et qui sont encore trop méconnues des musiciens.